We are not where we need to be, but we ain't where we were. est le premier volume d’une série de publications du collectif Wages For Wages Against qui rend compte de recherches actives, engagées au sein des professions et des institutions artistiques depuis 2017. Son objectif est de questionner les logiques néo-libérales qui sous-tendent les milieux de l’art contemporain, en orientant son étude sur les luttes qui les traversent. Par cette publication, le souhait est de mettre en pratique différentes valeurs propres à la campagne : l'existence d’une rémunération systématique et juste, un désir de transparence, le partage des connaissances, et ainsi la visibilisation de revendications propres au domaine des arts visuels et des luttes concomitantes. Elle est le fruit de la mise en perspective d’expériences militantes, à la convergence d'expériences individuelles et de questionnements collectifs. 

 

Avec des textes de Tiphanie Blanc, Antonella Corsani, Fanny Lallart, Lili Reynaud-Dewar, Ramaya Tegegne et un entretien avec Outrage Collectif.

 

En français et anglais, traductions disponibles sur le site www.wfwa.ch


Edité par Tiphanie Blanc, Lili Reynaud-Dewar & Ramaya Tegegne

Design: Ann Kern

A5, 190 pages, Dos Carré Collé

ISBN: 978-2-9602717-1-3

Publié par L’Amazone & Privilege                    

Avec le soutien de Migros Pour-cent culturel, La Mobilière, Centre national des arts plastiques & Pro Helvetia

 


 

We are not where we need to be, but we ain't where we were.

8,00 €Prix
  • Wages For Wages Against (WFWA) est un collectif militant et une campagne pour la rémunération des artistes en Suisse et ailleurs. Il agit pour une économie alternative et plus juste de l’art et questionne les fondements idéologiques de la situation actuelle. WFWA vise à sensibiliser aux conditions du travail précaires, de l'exploitation et des discriminations dans le domaine de l'art par le biais de débats et d'actions publiques et collectives. Plus largement, le projet agit comme un agent de changement, en sensibilisant le public aux questions de société et d'égalité des chances afin de donner accès à la pratique artistique à des personnes qui ne peuvent se permettre de travailler gratuitement.